→ Notre site www.l214.com
 

Journée contre le spécisme : de la chair humaine en barquette

52 avenue des champs Élysées le 6 juin 2009

De la viande d'humain pour réfléchir

Deux barquettes contenant un homme et une femme ensanglantés, entourées d'images d'élevage intensif et d'abattoirs. Difficile de rester de marbre devant cette scène. Mais si c'est choquant s'agissant d'humains pourquoi ne le serait-ce pas s'agissant d'animaux ? Le spécisme ?

L'approche "spécisme"

L'approche "spécisme" est décidément intéressante. En apprenant la notion de spécisme aux passants, on ne les met pas directement face aux différentes pratiques de leur vie qui génèrent des souffrances chez les animaux. Bien sûr, le lien se fait au fil de la discussion, mais on commence par apprendre un mot, un concept ce qui est moins culpabilisant et conflictuel pour entamer une conversation.

« Autant il est illogique de maltraiter un individu en fonction de son origine, de sa couleur, autant il est illogique de faire ce que l'on fait (main tendue vers les panneaux d'élevages et abattoirs) aux animaux parce qu'ils sont à quatre pattes, moins intelligents et poilus... Dans tous les cas, les différences ne justifient pas la maltraitance. »

Tous les passants à qui j'ai parlé étaient d'accord avec ce type de phrase. Bien sûr, lorsqu'il s'agissait de revenir à la pratique, c'était plus difficile... Mais le concept du spécisme est rentré et peut préparer un terrain favorable à la considération des animaux.

Photos